Vanniers

 

Les vanniers étaient des artisans qui fabriquaient des paniers (kassakia ou kafassia), ainsi que des sièges en paille. À Lesvos, les paniers étaient utilisés pour transporter des olives, des fruits, des légumes et d’autres produits. Les marchands forains les plaçaient symétriquement sur les ânes en les liant avec une corde pour les balancer. Encore, ils les utilisaient pour “couvrir” les biquets destinés à l’abattage en les empêchant à “s’insoler”, c'est-à-dire à se trouver constamment en plein air, ainsi leur chair restait tendre. Les sièges en paille étaient destinés plutôt aux cafés qu’à l’usage domestique. Le vannier ne fabriquait pas le cadre de la chaise, qui était le travail du charpentier. Habituellement, les vanniers travaillaient sur commande. Pourtant, certains d’eux se déplaçaient à dos d’âne aux villages différents et vendaient (sur place) leurs produits. Pendant l’hiver, la plupart d’entre eux travaillaient aussi aux olivaies et en général ils faisaient des travaux agricoles, alors qu’ils pratiquaient le métier du vannier essentiellement en été.

Les outils qu’ils utilisaient étaient le sécateur, le marteau, les tenailles et la scie. Le matériel principal, la paille, est un foin qui pousse près de lacs et de marais. Pendant l’été ils la ramassaient et la laissaient sécher pour une semaine sous le soleil, tandis qu’avant son “tressage” (“retordage”), ils la mouillaient un peu pour l’amollir. Pour le cadre de la paille, ils utilisaient surtout du bois de châtaignier, de pin, d’oléastre et d’osier.

Le panier se fait de paille tressée attachée à des verges de bois cloués tout autour, pour être ferme et solide. Pour sa fabrication, ils utilisaient un panier en bois (pas en paille) qui ne s’entourait pas de verges mais de tôle, pour être résistante et ferme. Sur ce modèle, d’abord ils “retordraient” la paille et après ils ajoutaient les verges, en les clouant suivant le cadre en tôle. Souvent, pendant le retordage ils mettaient aussi des fils ornementaux de nylon coloré (lilia où ploumia).

Jusqu’aux années 1950 – 1970, dans les villages de Lesvos il y avait beaucoup de vanniers. Aujourd’hui, la demande est très limitée et vient surtout de quelques oléiculteurs (qui achètent des paniers pour les olives) et propriétaires des cafés (qui achètent des chaises en paille). Les paniers et les sièges en paille sont remplacés par des plastiques qui sont moins chères, tandis que le métier du vannier est pratiqué seulement par un très petit nombre des artisans âgés, car il n’y a pas d’intérêt par les jeunes.

Sources

  • Interview de Giorgos Axiomakaros [vannier], à Agiassos, Lesvos, 30/7/2004
  • Interview de Christos Efstratiou, à Plagia de Plomari, Lesvos, 05/07/2005